What are you looking for?

Roald Dahl a 100 ans mais ne vieillit pas – Lecture obligée !

Cette année, Roald Dahl fête son 100e anniversaire de naissance et vous savez quoi, ses histoires n’ont pas pris une ride ! Quel grand auteur il fut, certainement l’un des plus grands écrivains pour la jeunesse que le monde ait connu !

Personnellement, je l’ai découvert à l’âge adulte et c’est l’un de mes plus grands regrets… Comment se fait-il que personne ne m’ait jamais mis un Roald Dahl entre les mains quand j’étais une enfant?
Roald Dahl a 100 ans mais ne vieillit pas - Lecture obligée !Dès les premières pages lues de Matilda, je savais que j’étais passé à côté de quelque chose d’important pendant ma jeunesse, c’est tout dire. Comment se fait-il que l’oeuvre de Roald Dahl ne soit pas un passage obligé pendant le primaire et même le secondaire? Cet homme est un génie ! Il a écrit des histoires qui surprennent et qui nous touchent, gravées de valeurs profondes, soutenues par une lucidité substantielle. Ses romans soulignent des enjeux de société et des thèmes importants encore soulevés aujourd’hui.

J’ai envie de vous citer un excellent passage qui fait réfléchir tiré de son roman Le BGG qui vient d’être adapté au cinéma (réalisé par Steven Spielberg) :

« – N’oublie pas, l’interrompit le BGG, qu’il y a des hommes de terre qui disparaissent tout le temps et partout, même sans que les géants les avalent. Les hommes de terre s’entre-tuent beaucoup plus vite que les géants les dévorent. 
– Mais les gens ne se mangent pas les uns les autres, fit observer Sophie. 
– Les géants non plus ne se mangent pas entre eux, répliqua le BGG, et en plus, les géants ne se tuent pas les uns les autres. Les géants ne sont pas très agréables à fréquenter, mais ils ne s’entre-tuent pas. De même, les croque-l’Odile ne tuent pas d’autres croque-l’Odile. Et les chats ne tuent pas d’autres chats.
– Ils tuent des souris, fit remarquer Sophie.
– Oui, mais ils ne tuent pas leurs congénères, l’homme de terre est le seul être qui tue son semblable. 
[…] 
– Mais les hommes de terre, eux, s’étripaillent sans cesse, poursuivit le BGG, ils se tirent dessus avec des fusils et ils montent dans des aéropalmes pour lancer des bombes sur la tête des autres, Et ils font ça chaque semaine. Les hommes de terre tuent sans arrêt d’autres hommes de terre. 
[…]
Il n’empêche, dit-elle, en essayant malgré tout de défendre ses semblables, il n’empêche que c’est affreux tous ces ignobles géants qui s’en vont chaque nuit manger des gens. Les humains ne leur ont jamais fait de mal.
– C’est ce que se dit chaque jour le petit porcelet, fit observer le BGG. Le petit porcelet se dit : je n’ai jamais fait de mal aux hommes de terre, alors, pourquoi veulent-ils me manger?
[…]
– Les hommes de terre inventent des règles qui leur conviennent, poursuivit le BGG, mais leurs règles ne conviennent pas aux petits porcelets. » – Le BGG, p.92-93-94.

Roald Dahl a 100 ans mais ne vieillit pas - Lecture obligée !

Roald Dahl pour grandir et être

Chaque livre de Roald Dahl amène à réfléchir, à grandir. À travers l’humour, la magie et les bêtises, il nous fait réfléchir à des problématiques qui nous entourent ou à une caractéristique qui nous définit. Cela permet des discussions, des remises en question, des réflexions. On a le droit d’être d’accord ou de ne pas l’être, mais chose certaine, ses romans ne laissent personne indifférent. Mais rassurez-vous, les histoires ne sont pas trop lourdes ou compliquées, tout fait du sens.

De plus, chaque histoire vient avec son univers éclaté et singulier. Au début de la lecture on est frappé : « voyons, c’est pas possible, ça n’existe pas tel truc ». Puis on y repense. Et on doute. On aime douter et se demander si peut-être cela pourrait arriver. On a aimé douter avec Harry Potter, ces sorciers qui vivent parmi les Moldus, mais avant J.K. Rowling, il y a eu Roald Dahl (et bien d’autres). Les enfants ont une fraicheur et une candeur qui leur permettent de rentrer aussi bien dans un monde bien réel et celui de l’imaginaire. Combien d’enfants (petits et grands) ont chuchoté « LUMOS » dans la pénombre de leur chambre en souhaitant fort que s’illumine ce qu’ils avaient pris pour une baguette? On a besoin de croire en l’impossible parce que tout est possible quand on est enfant ! On a besoin de se chuchoter des « Et si…? », ça nourrit l’imaginaire et la créativité des enfants, mais aussi des adultes. Peut-on appeler cela le complexe de Peter Pan? Peut-être un peu, sinon que ça sert à mettre un baume d’espoir sur le gris de nos vies.

C’est pour toutes ces raisons et bien plus encore que chaque enfant devrait écouter et lire les histoires de Roald Dahl dès le plus jeune âge. Les textes de Dahl sont d’une richesse unique dont chaque enseignant peut facilement puiser pour enseigner mille et une notions académiques. Ou pas, lire et faire lire simplement pour le plaisir, c’est suffisant.

Mes préférés, en ordre :
1- Matilda
2- La potion magique de Georges Bouillon
3- Le BGG (Le Bon Gros Géant)
4- Sacrées sorcières
5- Charlie et la chocolaterie

Vous pouvez également vous procurer les histoires sur CD dans la collection « Écoutez Lire » chez Gallimard Jeunesse avec Le BGG, Matilda, Charlie et la chocolaterie, etc.

Fait intéressant : saviez-vous qu’en achetant un roman de Roald Dahl, 10% de ses droits d’auteurs vont à des organismes de bienfaisances qui luttent entre autres contre l’analphabétisme. J’adore !

Pour vous procurer les sublimes nouvelles éditions de ses livres, cliquez ici :