What are you looking for?

Menteur, menteuse ! une correspondance romantique unique !

Le courrier du coeur est un classique de la St-Valentin. Les jeunes amoureux l’attendent avec impatience et les boîtes aux lettres se remplissent à vitesse grand V! Quel bonheur de voir les enfants écrire librement, avec plaisir et s’échanger des mots doux… L’utilisation de l’album Menteur, menteuse! s’insère parfaitement dans ce moment de l’année où Cupidon virevolte au-dessus de nos têtes. Écrit par Lenia Major et illustré par Amélie Thiébaud, ce recueil de lettres romantiques cousues d’un joli fil de mensonges, captera à coup sûr l’intérêt des filles ET des garçons !

Menteur, menteuse !

Menteur, menteuse !Mis en contact grâce à une agence de rencontres, Archibald et Josette entretiennent une correspondance qui semble, à la première lecture, assez normale pour un prince et une princesse. Par contre, les illustrations nous donnent l’heure juste sur la réalité : nos deux personnages sont bien loin de ce qu’ils prétendent être… L’un est lutin cordonnier pas très mignon, l’autre est une sorcière…

L’alternance des doubles-pages de lettres, écrites sur des parchemins, et des illustrations, mettent en opposition le mensonge et la réalité. Les lettres courtoises sont rédigées dans un langage soutenu, c’est pourquoi je vous suggère d’en faire la lecture à petites doses. Pourquoi pas une lettre par jour (il y en a huit)?

Pistes d’exploitation
Menteur, menteuse !

  Prenez d’abord le temps de présenter le livre. Les enfants devraient remarquer que la reliure du livre est vers le haut, ce qui est assez inhabituel. Questionnez-vous sur les raisons de ce choix. (À la fin du livre, les enfants auront peut-être découvert la cause de ce choix éditorial. En fait, à défaut de pouvoir dérouler réellement un parchemin, c’est probablement la façon qui s’en rapproche le plus… ) Anticipez qu’est-ce qui justifie le titre. Qui ment? Pourquoi? Quel est le mensonge?
Utilisez ensuite vos bons lecteurs pour faire la lecture au groupe. Laissez-leur quelques minutes pour se familiariser avec le texte auparavant.

  Suite à la lecture de la lettre de la journée ainsi qu’à l’analyse de l’illustration, je vous suggère de laisser le livre disponible pour les élèves, en précisant qu’ils ne doivent pas aller lire la suite (tant mieux s’ils la lisent en cachette!). Demandez aux élèves d’aller relire la lettre individuellement, lors d’un moment de temps libre, par exemple, et de relever un mot difficile, d’en chercher la définition et d’écrire son explication sur une feuille prévue à cet effet. Il y a plusieurs mots difficiles dans cet album, par contre, leur incompréhension n’altère pas le sens général du texte. Par contre, il faut profiter de cette situation pour d’abord, y remédier, et ensuite, pour créer une banque de mots que les élèves auront peut-être envie d’utiliser lors de la prochaine activité.

  Une fois que vous avez dévoré l’album en entier, discutez de la façon dont les deux personnages se sont sortis de leurs mensonges. Faites le parallèle avec l’utilisation des médias sociaux et l’importance de s’accepter tel que l’on est. Remarquez aussi l’importance des illustrations en vous imaginant leur absence. Sans elles, l’histoire perd toute son essence.

  Je vous suggère ensuite de jouer au menteur avec les enfants. Demandez-leur de se mettre dans la peau d’un menteur ou d’une menteuse. Faites-les d’abord réaliser une belle création plastique d’un personnage inventé, idéalement un personnage laid ou très différent (exemple : un extraterrestre, un nain de jardin, le yéti… ). Vous pouvez collaborer avec l’enseignant d’arts plastiques pour choisir la technique et le médiums utilisés. Le créateur doit aussi nommer son personnage en lui inventant un nom « jeu de mots » tel que ceux du livre (Josette Chaudronfoutu et Tudval Vieilletatane) Une fois que le dessin est terminé, l’élève devra écrire une lettre de mensonges.

Intention d’écriture : Écrire une lettre d’amour en embellissant la réalité (soit l’apparence du personnage, les lieux, les activités du quotidien…)

Destinataire : Un correspondant imaginé. La lettre peut donc commencer par un simple « Cher(e) ami(e)…

Support : Un parchemin

Consignes d’écriture : Tenter d’utiliser le langage soutenu et s’adresser au destinataire à la deuxième personne du pluriel.

Lorsque tout est terminé et écrit proprement, je vous suggère de créer une petite exposition comparative sur un babillard en plaçant côte-à-côte le dessin et le texte. Tout cela risque d’être très drôle !

Amusez-vous bien les menteurs !

Menteur, menteuse !
Lenia Major & Amélie Thiébaud
Éditions : Micmac, 2010
ISBN : 9782917460979
10 à 12 ans

Pour vous procurer cet album, cliquez ici :