What are you looking for?
15 novembre 2016

N’importe quoi ! Le petit cahier noir d’Élise Gravel + DIY

Depuis quelques semaines, il y a un livre qui traine sur la table du salon bien volontairement : N’importe quoi ! Le petit cahier noir d’Élise Gravel. Je ne suis pas capable de le ranger, je le trouve trop beau. Je le laisse là parce que j’y reviens toujours. Même si nous en avons déjà fait le tour plus d’une fois les enfants et moi, je ne me tanne pas de le feuilleter, il m’inspire et me donne envie moi aussi de sortir les crayons de couleur et de laisser aller ma créativité.

N'importe quoi ! Le petit cahier noir d'Élise Gravel + DIYPublié aux éditions Les 400 coups, N’importe quoi ! est un livre bien particulier, qui n’a rien de banal. C’est en fait un accès privilégié au petit cahier noir d’Élise Gravel (un cahier bien réel), là où elle donne vie à ses idées les plus folles. C’est un peu comme si elle nous ouvrait les portes de son monde imaginaire. Ce sont des pages de dessins tous plus mignons les uns que les autres et souvent accompagnés d’annotations qui font sourire. On y retrouve bien sur des monstres rigolos, des champignons, des chiens saucisses… Bref, un peu de tout ce qui fascine drôlement l’auteure et qui ne manquera pas de faire rire vos enfants (mention spéciale au festival du prout !).

Auprès de mes petits, j’ai toujours insisté pour que la créativité soit mise de l’avant. Je souhaite qu’avec le temps, mes enfants trouvent dans le dessin, la peinture, l’écriture ou autre, une belle façon de stimuler leur imagination, d’occuper leur temps libre, mais aussi (et surtout) de laisser sortir ce qui habite leur pensée. Je dois vous avouer que c’est probablement un peu pour ces raisons que j’aime autant N’importe quoi ! Le petit cahier noir d’Élise Gravel. Au-delà d’un livre visuellement magnifique, c’est pour moi, une idée hyper inspirante à proposer à n’importe quel enfant qui a ne serait-ce qu’un minuscule intérêt pour le dessin.

Ce que j’adore c’est que dès le début du livre, l’auteure mentionne qu’à l’intérieur de son petit cahier, ses dessins n’ont pas à être parfaits et qu’elle se donne le droit de faire « n’importe quoi », sans être trop sévère envers elle-même. Il faut le faire pour le plaisir. Elle offre quelques précieux conseils aux petits qui souhaiteraient eux aussi devenir illustrateurs et termine même en proposant aux lecteurs de se prêter au jeu du petit cahier, génial non? Un petit cahier juste pour eux, qu’ils pourront trimbaler partout (autobus, école, voiture…) et remplir de « n’importe quoi », sans pression, seulement pour le bonheur de dessiner. Il n’en faut pas plus pour avoir envie de copier l’idée et c’est super simple !

Pour donner vie à ce beau projet, il faut :

◆   Un cahier à dessin ou à écriture (peu importe la couleur, la grosseur et la forme)
◆   Des crayons de couleur
◆   Un petit peu d’imagination et d’inspiration !

Envie de pousser la créativité de vos petits encore plus loin? Pourquoi ne pas leur proposer de fabriquer leur petit cahier de dessin eux-mêmes?

DIY : Mon petit cahier

Le matériel :

◆   Une dizaine de feuilles blanches ou lignées
◆   Un carton beige (ou de couleur)
◆   Un bout de ficelle
◆   Des matériaux décoratifs (autocollants, photos, crayons, peinture, etc.)

N'importe quoi ! Le petit cahier noir d'Élise Gravel + DIY

Les étapes :

1.   Empilez les feuilles blanches ainsi que le carton de couleur qui servira de couverture à votre petit cahier.
2.   Pliez les feuilles en deux, verticalement, et percez 3 trois dans la marge de gauche à l’aide d’une perforeuse ou d’un objet pointu (attention aux blessures !).
3.   Utilisez 3 petits bouts de ficelles que vous passerez dans chacun des trous afin de relier les pages ensemble. Terminez avec une boucle ou un nœud.
4.   Décorez la couverture selon vos goûts !

N'importe quoi ! Le petit cahier noir d'Élise Gravel + DIY

Psst ! Un anniversaire en vue? Un petit succès à célébrer? Ce livre, un petit cahier et quelques crayons forment vraiment le cadeau parfait.

Pour vous procurer N’importe quoi ! Le petit cahier noir d’Élise Gravel, c’est par ici :