What are you looking for?

Capitaine Static : de laine et de Fanatics !

La série Capitaine Static, qui n’a (presque) plus besoin de présentation, met en scène un héros qui inssède le singulier pouvoir de générer de l’énergie statique. Afin de garder cette capacité surhumaine bien chargée en tout temps, celui-ci porte des pantoufles de laine qui en se frottant sur le sol le garde bien électrifié. Au sein de son école, il se charge de faire régner la paix, ce qui avec le temps ne manque pas de forger son ego plus ses aventures progressent.

Dans ce 7e tome, la popularité de ce héros nouveau genre atteint son paroxysme. Devant ce torrent de popularité, son ami Fred qui est également son plus fidèle admirateur, met sur pied un fan-club officiel. Bien qu’au départ, Capitaine Static trouve de nombreux avantages à sa grande renommée, il sera confronté à la rançon de la gloire en moins de temps qu’il le faut pour dire « Tic »!

Ce que j’en pense…
Honte à moi qui ne connaissait que de nom et de réputation ce jeune héros aux pantoufles bioniques. Ceci dit, il ne m’a fallu que quelques pages pour  devenir un vrai de vrai FanaTIC, puisque c’est ainsi qu’on appelle les admirateurs du Capitaine. Cela est dû en partie à la plume d’Alain m.Bergeron. Celle-ci, claire et inclusive, m’a rapidement fait comprendre par quelles péripéties son jeune protagoniste est passé avant que je ne le rencontre. En effet, les aventures des tomes précédents s’accrochent habilement à celles du tome 7. Au final, on obtient un tout cohérent tout en offrant une valeur ajoutée au scénario. J’avais sincèrement l’impression qu’on m’envoyait le message qu’il n’est jamais trop tard pour vouloir sauver le monde en compagnie d’un ami à cape rouge. Chapeau!

Parlant de fluidité, j’affirme que c’est sans doute l’adjectif qui définit le mieux cette petite bombe de 55 pages. Tous les moyens sont utilisés pour favoriser la lecture et en donner l’envie à ceux pour qui c’est généralement moins attrayant. À cheval entre le roman et la bande dessinée, les cases mises en scène par Samuel Parent nous plongent dans l’univers du personnage titre sans tomber dans le piège facile de simplement répéter visuellement les dires de son collègue auteur. Pour avoir fait un travail similaire avec « ce livre n’est pas un journal intime », laissez-moi vous dire que faire du pouce sur des mots pour les bonifier sans toutefois les dénaturer n’est pas toujours aussi simple qu’il n’en paraît. Ce pari-là, Sampar (ouais, c’est son sobriquet de héros… d’artiste, pardon!) l’emporte haut la main en nous plongeant dans le quotidien du garçon à l’aide de son coup de crayon à la fois accessible et précis.

Capitaine Static

Mais bon, les plus conservateurs d’entre vous doivent déjà se dire qu’un vengeur masqué est assurément annonciateur de scènes où régler ses conflits par une paire de poings  et toujours l’issue la plus évidente. Justement, c’est là tout l’intérêt du bouquin.
J’ai été bien heureux de constater que même lors de scènes d’action un brin corsées, le Capitaine a davantage à coeur de donner de bonnes leçons à ses adversaires plutôt qu’en les rayant définitivement de la carte. Si ce n’est pas ça adapter du contenu adéquatement pour son public cible, je me demande ce que c’est!

Bien que solide en apparence, le jeune Charles, de son nom réel, est truffé de savoureux défauts qui nous le rendre encore plus attachant. Sûr de lui et fort en gueule, son excès de confiance en lui se retourna contre sa personne pour lui apprendre l’humilité. Détails intéressants, les fanatics du superhéros aux cheveux hirsutes ne sont pas uniquement masculins comme le veut le cliché populaire. Bravo à vous deux, c’est par de petits détails comme ça que les stéréotypes s’estompent avec le temps.

En terminant, j’ose vous laisser sur un véritable vers d’oreille que je me surprends encore à marmonner entre deux esquisses : la chanson thème du Capitaine Static!

Capitaine Static – Les Fanatics !
Alain m. Bergeron & Sampar
Édition : Québec-Amérique
ISBN : 9782764428665
6 à 9 ans.

>>> Si vous n’avez pas encore lu l’excellente entrevue qu’a fait notre rédactrice en chef Anabelle avec l’illustrateur Sampar, c’est par ICI.

Pour acheter ce super album, cliquez ici :