What are you looking for?
11 septembre 2017

Les chemins de l’école : un défi pour certains enfants…

Je suis une passionnée de voyages et j’aime parcourir le monde le plus souvent possible avec mes élèves. Dès que je peux parler des façons de faire ailleurs sur la planète, je saute sur l’occasion. Au début de l’année, je trouve très intéressant de voir comment se déroule la scolarité dans les autres pays. C’est fascinant de voir tous les efforts qui sont mis par certains enfants pour avoir la chance d’aller à l’école. On s’entend que ce n’est pas tous les enfants québécois qui se trouvent chanceux d’aller à l’école…

Les chemins de l’école

Le documentaire

Depuis quelques années, je fais visionner le documentaire Sur les chemins de l’école de Pascal Plisson et c’est toujours apprécié par mes grands élèves. J’ai découvert l’an passé, grâce à une collègue enseignante, que les éditions Nathan ont publié des livres sur les protagonistes de ce tour du monde.

Dans le film, on découvre 4 enfants :

« Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages…

Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain, et c’est une journée de marche exténuante qui l’attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies…

Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu’il doit accomplir sont une épreuve parce qu’il n’a pas l’usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d’une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu’à l’école…

C’est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps… » *Tiré du synopsis du film.

Si vous ne connaissez pas, je vous invite à regarder la bande-annonce :

Les livres

Les chemins de l'école - IndeDans les livres, on replonge dans l’univers des 4 enfants. J’avais peur de sentir des informations répétitives et de ne rien apprendre de plus, mais au contraire, ils sont complémentaires puisqu’on y retrouve plusieurs détails qui ne sont pas présents dans le documentaire et on peut approfondir nos connaissances. Les livres sont remplis de photographies, alors on peut prendre le temps d’explorer l’environnement des élèves qu’on suit. Je pense que les livres peuvent permettre aux enseignants d’avoir plus de détails pour répondre aux questions des élèves et ils permettent aux petits curieux de continuer leurs apprentissages. De plus, comme le film a été produit en France, il arrive qu’il ne soit pas possible de le trouver pour le diffuser en classe alors les livres sont une excellente alternative. Je l’ai par contre trouvé ICI; en espérant qu’il y reste pour les prochaines années !

J’ai aussi découvert que, suite à la popularité du documentaire, France 5 a diffusé une série télévisée pour permettre aux gens de découvrir le chemin d’autres enfants vers l’école. On peut alors connaître San (Brimanie), Erbol (Kirghizie, Chine), Devi (Inde), Francklyn (Madagascar) et Ani (Malaisie) que j’ai reçu et que j’ai adoré découvrir. Ce dernier habite un village flottant sur une île et il est le seul enfant de sa famille à fréquenter l’école. Il rame pendant une heure tous les jours avec son cousin pour se rendre sur l’île où est située son école. Il rêve de devenir enseignant et il doit travailler fort, car il est le seul garçon de sa famille alors il aura la responsabilité financière de sa famille. Malgré une fuite dans son canoë, il réussit à arriver à l’école à l’heure pour le lever du drapeau et pour l’hymne national.

Les idées du prof

Les chemins de l' école - MadagascarComme enseignante, c’est certain que j’adore ces outils car on peut les exploiter de multiples façons. Il est essentiel pour moi que les enfants soient conscients de la chance qu’ils ont, mais aussi qu’ils puissent voir comment la réalité scolaire se déroule ailleurs dans le monde. Il va sans dire qu’on peut profiter de l’occasion pour parler des droits des enfants et pour comprendre pourquoi l’école n’est pas une opportunité facile dans tous les pays. On peut aussi amener les élèves à réfléchir sur leur propre réalité avec quelques questions à développement qu’on peut répondre sur papier ou pour animer une discussion ou un débat. Voici des exemples des questions que j’utilise :

◆ Quel enfant a le chemin le plus difficile?
◆ Est-ce qu’ils sont fatigués?
◆ Comment savent-ils les chemins à prendre?
◆ Est-ce que l’école est importante pour tout le monde?
◆ Est-ce qu’ils apprennent aussi bien/vite que toi?
◆ Est-ce que tu pensais que c’était aussi difficile?
◆ Est-ce que tu es chanceux?

On peut aussi utiliser les livres pour lancer une recherche afin de choisir un pays pour savoir comment se déroule leur scolarité et si elle comporte des défis. Les élèves auront beaucoup de plaisir à comprendre et expliquer le fonctionnement de l’école dans un pays plus ou moins différent du nôtre. On peut ensuite faire une fiche résumée et les placer sur une carte du monde. Cela peut aussi devenir un projet, pour les plus rapides, d’enrichir notre carte du monde.

En terminant, chaque livre se termine avec une section « Pour en savoir plus… » qui permet d’enrichir nos connaissances sur le pays et sur son système scolaire. J’utiliserais les mêmes informations pour démarrer les recherches de mes élèves ou encore pour conclure le visionnement du documentaire.

Les chemins de l’école (série)
Éditions : Nathan, 2015-2017
À partir de 8 ans.

LISEZ ÉGALEMENT : L’éducation – pas un droit acquis pour tous

Un autre livre intéressant : Drôles d’écoles! Tout plein d’histoires qui parlent des écoles

Pour vous procurer les livres de la série Les chemins de l’école, cliquez ici :

– Publicité –
Le journal secret d'Alice Aubry