What are you looking for?
11 janvier 2017

Le monde selon Walden : voir la célébrité autrement

Ce qui est curieux avec la célébrité c’est qu’on dirait qu’elle a drôlement évolué au fil des années… C’est vrai, il a eu la célébrité reliée au star-système, puis celle des téléréalités, et enfin celle que l’on connait maintenant sur les réseaux sociaux. Vous savez le rêve de devenir « instafamous » ou un-e « Youtubeur-se » reconnu-e? (D’ailleurs qui peut bien honnêtement se vanter d’ignorer complètement le nombre d’abonnés sur sa page ou de j’aimes à côté de ses publications?) Il reste que la célébrité, maintenant rendue à la portée de tout le monde, fascine maintenant plus que jamais un bon nombre de jeunes.

L’univers culturel jeunesse semble avoir bien compris cet attrait, car les exemples d’émissions, de séries, de films et de livres mettant en vedette des personnages qui doivent composer avec elle sont juste énormes. Malheureusement, je trouve que plusieurs de ces exemples sont superficiels et décevants…

Mais, oh surprise !

J’ai récemment découvert Le monde selon Walden, un livre qui aborde cette question de manière critique et intelligente ! Il ne m’en fallait pas plus : j’ai tout de suite eu envie de vous en parler !

Le monde selon Walden

Walden qui tient son nom du livre de Henry David Thoreau est un garçon pas comme les autres. Il adore les axolotls (des animaux aquatiques étranges) et n’hésite pas à combiner le kilt écossais à une chapka de Mongolie lorsque vient le temps de choisir ses tenues vestimentaires. Devant l’adversité, Walden trouve des stratégies originales pour se sauver du pétrin. Ainsi, lorsqu’on tente de l’intimider, il combat les gifles à grand coup de chant lyrique. Un jour où il se livre à l’une de ses performances, on le filme à son insu.

Le monde selon Walden - 8 millions de followersLa vidéo publiée sur les réseaux sociaux devient virale et c’est alors que son univers bascule. Un phénomène étrange se produit : tout le monde se met à l’imiter et à l’admirer. Un Youtubeur connu s’intéresse à lui et le reçoit en entrevue ce qui accroit sa célébrité. Walden découvre rapidement qu’avec la célébrité vient l’influence. Grâce à celle-ci, il réussit à sauver une famille de renards perdus ayant élu domicile à son collège. Il se lasse cependant bien vite de sa soudaine notoriété jusqu’au jour où son amoureuse Zelda lui propose de s’en servir afin de faire avancer des causes autour de lui.  Grâce à cette idée, il réussit de grandes choses comme de convaincre une majorité de jeunes de boycotter des aliments contenant des produits dangereux pour la santé ou qui sont cruels envers les animaux, des marques qui recourent à l’esclavage des enfants, des jeux vidéos qui incitent à la violence, etc. Il y parvient si bien qu’il se fait approcher par de grandes multinationales qui souhaitent en faire leur porte-parole afin de faire revenir leur clientèle à leurs anciennes habitudes. Walden refuse. Sa bande et lui se voient alors impliqués dans une affaire d’enlèvement orchestrée par ces grosses compagnies.

Une histoire intelligente qui se démarque du lot

C’est d’abord la qualité du texte qui m’a séduite. Celui-ci, très fluide, contient de véritables perles d’écriture. Je n’ai pas l’habitude de relire des passages, mais j’ai relu dans le cas de ce livre certaines phrases plusieurs fois à cause de leur beauté et dans certains cas, de leur côté humoristique. Même si l’auteur réussit habilement à se mettre dans la peau d’un garçon de 11-12 ans et que le tout demeure très accessible, on sent une qualité littéraire dans les phrases et une profondeur dans les réflexions de Walden. J’ai aussi bien aimé le fait que dans le récit se trouvent des mots inusités permettant d’enrichir le vocabulaire du lecteur et qui est tout à fait dans l’esprit de son héros qui possède un goût pour les choses singulières.

Voici 2 citations que j’ai bien aimées…

 « (…) j’aime la vie. À la folie. Tout le temps. Même quand je souffre d’une angine blanche ou d’une double otite. Même si je m’écrase le doigt dans un tiroir ou me coince la peau des fesses sous la lunette des toilettes (cela m’arrive souvent). Je trouve l’existence paradisiaque. Je me réjouis en permanence d’être un humain plutôt qu’un pneu ou un gobelet. Plutôt que rien. » (p.8)

« La punition bouleverse les habitudes et vous impose une tâche, le plus souvent absurde et contraignante. Elle vous dispense de réfléchir et fait bouillir en vous une colère nourrie par un sentiment d’injustice souvent injustifié. Dans ces dispositions, l’imagination s’enflamme et l’on conçoit des plans de vengeance tout à fait délicieux. » (p.55)

C’est ensuite le personnage de Walden qui m’a conquise. Optimiste de nature, il se soucie des gens autour de lui et pose un regard lucide sur le monde qui l’entoure. Il s’agit d’un héros non conformiste qui représente un modèle positif et qui ne se pose pas en victime devant l’intimidation ou la moquerie. Pourtant à l’âge ou l’on veut à tout prix faire partie de la bande et où il est difficile de dire son opinion lorsqu’elle diffère des autres, Walden, lui, ne semble pas se soucier pas des réactions des autres et plutôt que de s’isoler à cause de sa différence, possède une bande d’amis avec des passions tout aussi hétéroclites que les siennes.

Mais c’est la question de la responsabilité sociale devant l’influence médiatique qui a retenu le plus mon attention ! Obtenir de la célébrité et de l’influence grâce aux médias est une chose, mais s’en servir de manière utile, bienveillante pour ses pairs en est une autre. Si plusieurs se contentent d’utiliser leur célébrité afin de satisfaire leurs ambitions personnelles, Walden, lui, s’en sert a plutôt afin d’améliorer le monde dans lequel il vit. En effet, lorsqu’il est question de la célébrité, cette dimension est rarement abordée et c’est pourquoi je crois que ce roman se démarque du lot. Bien sûr l’histoire est totalement fictive et un brin farfelue, mais je crois que Le monde selon Walden sensibilise à sa manière aux enjeux liés à notre société de consommation et au grand pouvoir détenu par les grandes multinationales.

Projet après-lecture

Chers profs, je me devais de vous parler aussi du dossier : « Et vous quel type de héros êtes-vous? » à la fin du roman ! Il s’agit d’une piste intéressante vers un projet venant compléter la lecture du livre. Son l’objectif est de faire réfléchir les jeunes sur le type de « superhéros » qu’ils souhaitent devenir afin de rendre le monde meilleur, tout comme l’a fait Walden. Celui-ci fournit quelques catégories et exemples de personnalités médiatiques qui ont accompli des actions sociales ou humanitaires avec leurs descriptions. Vous y trouverez par exemple Mélanie Laurent et Cyril Dion qui ont créé l’excellent documentaire Demain, l’actrice Ellen Page et de son implication dans le mouvement LGTB, Georges Clooney qui a été proclamé Messager de la paix pour son reportage au Darfour. De plus, rien en ne vous empêche d’allonger la liste de personnalités médiatiques représentant des modèles positifs en effectuant une petite recherche avec vos élèves. Une manière intéressante de pousser la réflexion plus loin !

Le monde selon Walden – 8 millions de followers
Luc Blanvillain & Mélody Mourey
Éditions : Scrineo, 2016
ISBN : 9782367404462
9 à 12 ans

Pour lire un extrait, CLIQUEZ ICI !

Pour vous procurer le livre, cliquez ici :