What are you looking for?
9 mai 2017

Olga et le machin qui pue + DIY carnet d’observations

Je ne crois pas avoir autant humé un livre à ce point, mais celui-ci tout juste sorti des presses embaumait mon nez d’un parfum d’encre fraîche (et non celle du machin qui pue). J’ADORE cette odeur ! Depuis, l’odeur s’est quelque peu estompée, mais notre engouement pour le livre, oh que non ! Offert à titre de récompense à ma fille ― parce que j’aime offrir un livre en guise de récompense ou juste comme ça  ― s’est vite élevé au rang DU livre favori et vous comprendrez pourquoi. Découverte pour la première fois à la lecture du célèbre Docteur Proutnik, Élise Gravel, est désormais partout chez nous, de Une patate à vélo en passant par la collection Les petits dégoutants et maintenant s’ajoute au sommet : la magnifique Olga et le machin qui pue.

Olga et le machin qui pue

Olga et le machin qui pueOlga, jeune fille à l’esprit scientifique et aspirante zoologiste, un brin grincheuse et amoureuse du règne animal ― qu’elle élève bien au-delà du genre humain, car après tout les animaux sont clairement plus mignons ― fera un jour la rencontre d’une étrange créature, peut-être même d’une nouvelle espèce animale. Pour le découvrir, elle notera tout dans son carnet d’observations : son anatomie, son odeur, ses bruits, ses habitudes.  Sur les traces de ses origines, Olga apprendra à connaître ce qu’elle qualifie de machin qui pue à l’air un peu ridicule, mais qui est si mignon ! « C’est un mammifère non identifié, proche du cousin des pommes de terre. Je vais nommer cette espèce : Olgamus Ridiculus. »

Mais voilà que sa disparition viendra tout bouleverser. 

Lire, rire et apprendre. 

Avec ces illustrations débordantes d’un humour assez loufoque, les pages s’avèreront être une vraie fête pour les yeux. Une chouette aventure avec un bon dosage de pets, de trucs dégoutants et une flopée d’onomatopées des plus bizarres pour un rire garanti. Et avec elle, un entourage amusant, loufoque à point et tellement attachant. Tout pour nous garder captivés ! 

La petite fille aux singes - Jane GoodallAmusante et intelligente, Olga, en grande admiratrice, possède une affiche et un livre de la célèbre primatologue Jane Goodall. Ce détail n’échappera pas à ma fille et ne tardera pas à piquer sa curiosité. « Maman, qui est Jane Goodall? ». Bonne question, qui est-elle? En moins de deux, nous voici lancés sur les z’Internet et dans les livres à la recherche de réponses. Jane peut compter désormais deux admiratrices supplémentaires. Dans le souci du détail, le livre comporte un lot d’autres petits détails et clin d’œil amusant comme celui-ci susceptible d’éveiller la curiosité de vos petits. Et ce qu’on ne sait pas, on le cherche !

Bien que classifié dans la catégorie 8 ans à 12 ans chez les éditions Scholastic, ce livre sous la forme d’un roman illustré, aura beaucoup à offrir et saura convenir à ma fille âgée de 5 ans… et moi aussi. Après tout, nous en sommes déjà à une cinquième lecture ! « Maman, il est où mon livre préféré? »

La petite Olga en moi

Olga et le machin qui pueDepuis toujours, comme Olga, j’adore avoir les pieds nus ! Elle, c’est un peu moi. Bien que je n’ai jamais aspiré à devenir zoologiste, je me revois toute petite à grimper dans les arbres et à me suspendre aux branches, me lançant à la recherche d’insectes pour les observer. Prendre conscience de son environnement pour mieux le comprendre, voilà ce que ce livre m’inspire. Il nous pousse vers la curiosité et nous indique comment on peut s’y prendre pour la développer. Bon et maintenant, aucune chance de me voir en hauteur, car je serais prise de vertige, mais mon intérêt pour les insectes est demeuré intact bien que je les craigne quelquefois. Lorsque j’en trouve un, j’aime me questionner à son sujet et le montrer à mes enfants.

Vous l’aurez peut-être deviné, sans tomber dans la démesure, je le jure, je suis une grande admiratrice d’Élise Gravel. (Mais promis, j’ai écrit mon billet en toute objectivité.)

DIY : Mon carnet d’observations

Dans son carnet, Olga nous livre SA méthode scientifique. Envie de l’appliquer? Alors voici les instructions sur la fabrication de deux carnets d’observations avec tout le style graphique éclaté d’Élise Gravel.     

Le matériel

◆   6 feuilles blanches format lettre
◆   2 feuilles de papier construction de 2 couleurs au choix

Les étapes

1.  Pour la couverture, pliez une des feuilles de papier construction en deux, verticalement, et avec un crayon faire un trait à l’horizontale au centre puis coupez le long de celui-ci de façon à obtenir deux parties égales.  

Olga et le machin qui pue + DIY carnet d’observations

2.  Pour les pages du cahier, imprimez le document ICI et coupez le long des traits tel qu’indiqué. Empilez les petits rectangles de pages dans le même ordre que la méthode scientifique fournie par Olga. Le cahier comportera trois fois la méthode pour trois sujets différents. Important, réservez le titre CAHIER D’OBSERVATIONS pour l’étape 4. Insérez à l’intérieur d’une couverture et brochez le tout avec une agrafeuse, trois agrafes suffiront pour maintenir le tout.  

Olga et le machin qui pue + DIY carnet d’observations

Olga et le machin qui pue + DIY carnet d’observations

3.  Pour le dos, à partir d’une autre feuille de papier construction, coupez deux rectangles de 11,5 cm par 4,5 cm. Pliez ceux-ci sur le sens de la longueur et collez-en un sur la couverture avec de la colle chaude de façon à cacher les agrafes et créer un dos de livre.

Olga et le machin qui pue + DIY carnet d’observations

4.  Découpez un rectangle de 10 cm x 6 cm et apposez au centre de la couverture. Découpez le titre CAHIER D’OBSERVATIONS réservez précédemment et collez au centre de la couverture.

Olga et le machin qui pue + DIY carnet d’observations

Répétez les étapes 1 à 4 pour le deuxième carnet.

Olga et le machin qui pue
Élise Gravel
Éditions : Scholastic Canada, 2017
ISBN : 9781443159258

Pour vous procurer Olga et le machin qui pue, cliquez ici :